Les déceptions inspirantes… 

Imagine un instant que tu es un randonneur et que tu arrives, fatigué, dans un refuge.

Tu te réjouis de pouvoir te poser pour reprendre des forces avant de continuer ton chemin.

Et peut-être auras-tu la possibilité d’échanger avec d’autres personnes pour partager l’expérience de ta randonnée jusqu’à ton arrivée au refuge et profiter de l’expérience des randonnées des autres personnes présentes.

Mais les choses ne se passent pas du tout comme tu l’avais imaginé, encore moins comme tu en aurais eu besoin (!) et à la place, tu te retrouves face à des personnes qui ne voient la randonnée qu’au travers de leur propre expérience, ne lassant aucune place à l’évocation de la tienne (dont ils auraient peut-être pu apprendre certaines choses), ne se préoccupant pas de savoir si ton chemin a été difficile.

Tu vois la scène ? Tu ressens ce que le randonneur peut ressentir ?

Sur mon chemin d’évolution personnel, j’ai consulté des thérapeutes (un terme que je n’aime pas du tout, mais j’y reviendrai) qui m’ont aidée à franchir les étapes de mon parcours.

 

Certains, la plupart même, m’ont laissé un goût amer dans leur approche avec leur clientèle. 

Comme je l’évoquais précédemment, le terme de « thérapeute » ne me plaît pas du tout, car, à mon sens, il s’est éloigné de sa signification première, qui est celle d’accompagnateur.

Et quand je suis un accompagnateur, quelle est la raison qui peut m’amener à me sentir « supérieur » aux personnes que j’accompagne ?

C’est la question que je me suis posée…

 

Même si ces expériences ne m’ont pas empêchée de poursuivre mon chemin d’évolution, l’écoute véritable et la compassion des thérapeutes m’ont fait défaut.

Attention, je ne porte aucune forme de jugement, j’évoque simplement la manière dont j’ai vécu les choses, avec toute la sensibilité qui est me caractérise et l’apprentissage propre à mon chemin.

 

J’ai dû faire le tri, ne pas confondre le message et le messager, afin de prendre ce qui pouvait m’être utile pour évoluer sur mon parcours, sans me laisser atteindre par ce qui était moins « beau » à mon sens et surtout sans jugement, tout cela en gardant le coeur ouvert … 

 

Une fois la déception passée, ces expériences sont rapidement devenues des sources d’inspiration pour moi:

« Jamais je ne ferai à quelqu’un d’autre ce que j’ai pu vivre de blessant.

(Et par conséquent ) jamais je n’accueillerai mes client.e.s comme j’ai moi-même pu l’être sur mon parcours »

 

Mon parcours d’évolution a été fait de « déceptions inspirantes », cela fait partie de mon chemin de vie, ça n’a pas toujours été simple à comprendre, ni à accepter.

Mais à présent tout ce vécu est devenu mon terreau, celui où le lotus prend racine pour que sa fleur puisse s’épanouir à la lumière de la surface

 

Aujourd’hui, je deviens accompagnatrice à mon tour et je veux être digne ce que cela signifie au plus profond de mon coeur.

Puiser dans ce vécu, me souvenant d’avoir été déçue et touchée jusque dans mon âme, me permet de rester alignée avec ce que je suis.

Me souvenir à chaque instant que j’accompagne des personnes de manière « horizontale », c’est-à-dire d’égal à égal, est pour moi primordial pour pouvoir apporter ma contribution avec humilité.

Je vis mon rôle d’accompagnatrice comme le partage de mon expérience de vie au service de la tienne, afin d’éclairer ton parcours au moment où tu en as besoin, en étant à ton écoute, dans la bienveillance et le respect de ta sensibilité comme de la mienne, pour que tu puisses puiser ce qui est nécessaire pour pouvoir continuer ton cheminement, laisser émerger ta propre inspiration, faire briller encore davantage ta lumière: voilà le sens de l’Oasis bien-être by Karine.

Et bien, c’est cela que j’ai vécu avec certains thérapeutes sur mon parcours…